Tout Simenon

Retour à la liste

Un échec de Maigret

roman avec Maigret

Présentation

Alors qu'il est chargé d'une enquête sur la disparition d'une Anglaise en voyage à Paris, enquête qui ennuie Maigret et dont il ne s'occupera que distraitement, le commissaire reçoit la visite de Fumal, homme d'affaires de grande envergure qui se plaint d'être l'objet de lettres anonymes menaçantes et demande à être protégé en raison de son importance financière et politique. Maigret, qui l'a connu dans son enfance, le trouve toujours aussi antipathique et s'occupe de lui à contrecœur. Bien que sa maison ait été surveillée, Fumal est découvert assassiné le lendemain matin. L'interrogatoire des gens de son entourage fait apparaître progressivement la méchanceté foncière et gratuite de Fumal, son pouvoir tyrannique sur ses proches et la haine que lui vouaient ses subalternes. Ils avaient tous un motif de le voir disparaître et tous sont satisfaits de sa mort, sauf sa maîtresse pour qui il représentait la sécurité. C'est le seul être avec lequel il se montrait moins inhumain ; devant elle, il pouvait sans crainte « parader et se plaindre », car, en raison de son caractère, comment cet homme aurait-il été heureux ? Le commissaire apprend aussi que Fumal était plus ou moins berné par ceux qu'il croyait dominer : sa femme recevait son frère en cachette, sa secrétaire transmettait des renseignements financiers confidentiels contre de l'argent et son « bras droit », Goldman, lui a sans doute dérobé des sommes importantes. Le valet de chambre, que Fumal avait sauvé de la prison pour avoir un serviteur à sa merci, le détestait particulièrement parce qu'il l'avait asservi. Or, c'est lui qui a tué Fumal pour recouvrer la liberté et qui a emporté le contenu du coffre-fort. Maigret n'a pas été assez rapide dans ses déductions et le coupable a pu s'enfuir, prévenu par la secrétaire. Cinq ans plus tard seulement, on retrouvera par hasard le valet de chambre, que la maladie empêchera d'être jugé aux Assises. Et on apprendra que la vieille Anglaise vit en Australie...

Les premières lignes…

C'est à peine si Joseph, le garçon de bureau, fit, en grattant la porte, le bruit léger d'une souris qui trottine. Il entrouvrit l'huis sans un craquement, surgit si silencieusement dans le bureau de Maigret qu'avec son crâne chauve auréolé de cheveux blancs presque immatériels, il aurait pu jouer les fantômes. Le commissaire, penché sur des dossiers, la mâchoire serrée sur le tuyau de sa pipe, ne leva pas la tête et Joseph resta immobile.