Tout Simenon

Retour à la liste

La vieille

roman

Présentation

Le commissaire de police Charon vient solliciter l'aide de Sophie Emel : sa grand-mère, qu'elle a perdue de vue depuis longtemps, se refuse farouchement à quitter l'immeuble dont la démolition est prévue par le plan d'assainissement du quartier Saint-Paul. Elle menace, si on l'y contraint, de se jeter par la fenêtre ; il s'agit de la décider à partir. La grand-mère accepte de « faire son coin » chez sa petite-fille. Sophie, vedette sportive très connue, mène une vie large et quelque peu bohème. Elle héberge chez elle une jeune artiste, Lélia. Une bonne, Louise, est au service des deux femmes. L'arrivée de la vieille fait apparaître des traits communs entre Juliette Viou et Sophie : un penchant pour la boisson, le caractère indépendant... Une nuit, Sophie ramène des amis chez elle et utilise la provision de conserves que la vieille gardait pour son usage personnel. Prise de remords, elle vient le lendemain lui présenter des excuses, qui se révèlent bien inutiles. C'est alors que la fierté de la grand-mère se met à craquer, lorsque, sans raison apparente, elle ranime son passé qu'elle mêle au présent avec une lucidité impitoyable qui inquiète et effraie Sophie. Les deux femmes, après cette scène pénible, vont se mesurer à travers leurs entretiens. La vieille jalouse l'indépendance de sa petite-fille qu'elle cherche à intéresser à elle et à ce qu'elle a été. Lélia fera les frais de ce duel : ne pouvant supporter Juliette, elle se dispute avec Sophie et s'en va. Il ne faudra pas longtemps pour que, soûles l'une et l'autre, Sophie fasse avouer à la vieille la manière dont elle a provoqué la mort de son grand-père, malade tyrannique qu'elle a endormi par une dose trop forte de calmants. A l'aube, on retrouve sur le trottoir le corps de la grand-mère : elle s'est jetée par la fenêtre. A qui, à quoi se raccrochera Sophie ?

Les premières lignes…

Sous la voûte, aussi froide et humide qu'une cave, le commissaire de police s'arrêta un instant, regarda l'heure à son bracelet-montre et, secouant son pardessus, envoya des gouttes de neige fondue sur le carrelage où elles s'agrandirent comme sur du buvard. Il était onze heures cinq.