Tout Simenon

Retour à la liste

La main

roman

Présentation

Les Sanders passent le week-end chez leurs amis Dodd. Ils se rendent ensemble à une réception organisée par les Ashbridge : les libations vont bon train et Donald Dodd est troublé en découvrant par hasard Ray Sanders dans les bras de la maîtresse de maison. Au retour, une violente tempête de neige empêche la voiture de Dodd d'atteindre sa maison et les deux couples amis doivent effectuer à pied la fin du parcours. A l'arrivée, on s'aperçoit que Ray, perdu dans le blizzard, n'est pas là. Donald fait mine d'aller à sa recherche dans la neige, mais, abruti par la fatigue et l'alcool, il préfère se réfugier dans la grange. Là, tout en fumant cigarette sur cigarette, il se plonge dans de confuses réflexions : il lui semble que son attachement à Ray n'est en fait qu'une envie mal déguisée pour cet homme qui a financièrement réussi et à qui la vie ne refuse rien, tandis que lui, Donald, de rang plus modeste, se sent lié à sa femme et à sa profession par une dépendance dont il souffre. Il se met alors à détester Ray et se convainc sans peine qu'il vient de le tuer en ne se portant pas à son secours. Dans la maison où le téléphone et l'électricité ont été coupés, les Dodd et Mona Sanders dorment côte à côte sur des matelas devant le feu, en attendant que les communications soient rétablies. Donald voudrait saisir la main de Mona, mais il n'ose : n'est-elle pas comme le symbole de l'affranchissement auquel il aspire ? Le lundi, les recherches s'organisent et on retrouve le corps de Ray, qui est tombé du haut d'un rocher. Donald ne se sent pas moins responsable de sa mort. Mona rentrée à New York, c'est Donald qui, comme avocat, s'occupe de la succession. La veuve de son ami devient sa maîtresse jusqu'au moment où elle se remarie. Dans l'entre-temps, Mona lui a révélé que son mari admirait Donald, son ancien compagnon d'études demeuré fidèle à sa vocation de juriste. Il en était résulté chez Ray Sanders un état dépressif et, qui sait ? , sa mort accidentelle n'est peut-être qu'un suicide. C'est le contraire de ce qu'avait supposé Donald. Pendant sa liaison avec Mona, Donald a cru devenir un autre homme. Mais il n'en a pas moins senti s'exercer sur lui l'emprise de sa femme. Ou ce qu'il croit tel : cette douceur parfaite d'Isabel qui semblé vouloir le consoler de la mort de son ami. Or, Donald est de plus en plus hanté par ses fantasmes. Son état physique et moral se dégrade au fur et à mesure qu'il s'imagine qu'Isabel est au courant de tout et que son regard compréhensif est la marque d'un défi, d'un triomphe silencieux. C'en est trop pour Donald. Il songe à se suicider, mais, une nuit d'insomnie, c'est lui qui tire sur Isabel.

Les premières lignes…

La mouche tourna trois fois autour de sa tête et vint se poser sur la page du rapport qu'il était en train d'annoter, tout en haut, dans le coin gauche. Maigret immobilisa sa main qui tenait le crayon et la regarda avec une curiosité amusée. Ce jeu-là durait depuis près d'une demi-heure et c'était toujours la même mouche. Il aurait juré qu'il la reconnaissait. D'ailleurs, il n'y avait que celle-là dans le bureau.