Tout Simenon

Retour à la liste

Il y a encore des noisetiers

roman

Présentation

Le banquier Perret-Latour vit retiré dans son appartement de la place Vendôme, entouré de quelques domestiques et protégé par sa gouvernante. Dans son existence régulière et ordonnée surviennent trois événements qui vont réveiller le passé et rendre sa vitalité au vieil homme. Tout d'abord, Perret-Latour reçoit des Etats-Unis une lettre qui lui apprend que Pat, sa première femme, est à l'hôpital (où elle va bientôt mourir d'un cancer) et que leur fils Donald s'est suicidé, à 42 ans, parce que ses affaires marchaient mal. Pat demande une aide financière pour la famille de Donald et Perret-Latour lui dépêche son correspondant à New York pour satisfaire à son désir. Ensuite, il reçoit la visite de Jacques, fils de sa seconde femme, qui vient annoncer à son père qu'il se remarie avec une jeune Allemande de 18 ans et qu'il voudrait lancer, une nouvelle fois, une galerie d'art. Lui aussi demande et obtient de l'argent. Enfin, c'est Nathalie, la fille de Jacques, qui fait appel à son grand-père. Elle est enceinte et voudrait, sans se marier, garder l'enfant. A la surprise de la jeune fille, son grand-père l'approuve et lui promet de trouver une solution « pour sauvegarder l'avenir » de la mère et de l'enfant. En faveur de Nathalie, le vieil homme retrouve le goût du risque. Il entreprend des démarches qui lui permettent de reconnaître lui-même le bébé sans divulguer l'identité de la mère. L'enfant portera donc le nom des Perret et sera officiellement le fils de celui qui est son arrière-grand-père. Nathalie, elle, échappera au destin d'une mère célibataire et reprendra l'existence d'une fille de son âge. Mais pour Perret-Latour, il y a une vie nouvelle dans son appartement rajeuni...

Les premières lignes…

Étais-je, ce matin-là, plus ou moins heureux que les autres jours ? Je n'en sais rien et le mot bonheur n'a plus beaucoup de sens pour un homme de soixante-quatorze ans. En tout cas, la date reste dans ma mémoire : le 15 septembre. Un mardi. A six heures vingt-cinq, Mme Daven, que j'appelle la gouvernante, est entrée sans bruit, sans remuer d'air, et a posé ma tasse de café sur la table de nuit avant de se diriger vers la fenêtre et de tirer les rideaux. J'ai vu tout de suite qu'il n'y avait pas de soleil, que l'air était brumeux, qu'il pleuvait peut-être.