Tout Simenon

Retour à la liste

Chez Krull

roman

Présentation

Chez Krull, c'est une petite boutique de faubourg, moitié épicerie, moitié bistrot, que dirige Maria Krull et qui est fréquentée surtout par les mariniers du canal voisin. Hans Krull, un beau jour, arrive d'Allemagne chez ses cousins pour une raison vague (sans doute des ennuis politiques) et une durée indéterminée. Aussitôt, sa présence crée un climat de tension dans la famille qui jusque-là vivait tranquille. Son sans-gêne, sa perspicacité, sa personnalité si différente de celle des Krull, et surtout de celle de Joseph, son cousin, entourent le personnage d'une étrangeté un peu inquiétante. Dès son arrivée, il a une liaison avec Liesbeth. Seul le vieux père Krull, taciturne et impassible, ne semble pas s'apercevoir des changements que l'arrivée du jeune Allemand a entraînés dans l'existence familiale. Un jour, Hans découvre dans le canal le corps d'une jeune fille, qui a été jetée à l'eau après avoir été violée et étranglée : c'est Sidonie, la fille de « Pipi », sorte de mendiante qui vit avec un clochard dans une péniche. L'émoi est grand dans la ville et parmi les mariniers. Rapidement, les soupçons se tournent vers Hans, « le Boche », puis vers toute la famille Krull. Les vieilles rancunes raciales se raniment : on casse une vitre, on couvre la façade d'inscriptions, on lance des menaces... Toute la population s'en mêle. On accuse un certain Potut, mais son innocence ne tarde pas à être prouvée. L'accusation se porte alors sur Joseph Krull, dont le comportement névrosé peut donner à croire qu'il est en effet un obsédé sexuel. Il nie être l'auteur du meurtre. La colère et la peur éclatent parmi les habitants, et c'est un siège en règle de la maison des Krull. Pour calmer la foule, on emmène Joseph en prison. Epilogue tragique de ce drame : le vieux Cornélius, après avoir intimé à Hans l'ordre de quitter les lieux, se pend dans son atelier. On ne sait toujours pas qui a tué...