Tout Maigret

Retour à la liste

Maigret se défend

roman avec Maigret

Présentation

Un 27 juin, peu avant minuit, Maigret est réveillé par la sonnerie du téléphone : une jeune provinciale lui demande son aide. Arrivée à Paris le soir même, elle a suivi une amie qui l'attendait à la gare en compagnie de son « fiancé » ; elle s'est enfuie de l'appartement de son amie quand cette réunion à trois a pris des allures trop libertines. La voici perdue dans une ville inconnue : Maigret vole à son secours et la conduit dans un hôtel convenable. Le lendemain, Maigret est convoqué par le préfet de police. La jeune fille n'est autre que Nicole Prieur, étudiante vivant chez son oncle, maître des requêtes au Conseil d'Etat. Ce dernier s'est inquiété de la voir rentrer, hagarde, à huit heures et demie du matin. Nicole accuse Maigret « de l'avoir interpellée dans un café et d'avoir tenté de la séduire » ; il l'aurait traînée « de bar en bar pour la faire entrer dans une chambre d'hôtel ». L'oncle a prévenu le ministre de l'Intérieur, qui a averti le préfet de police, lequel suggère à Maigret d'offrir sa démission. Qui donc veut écarter Maigret de ses fonctions par une mise en scène aussi machiavélique ? Le commissaire commence une enquête malgré l'interdiction formelle du préfet de police. Il porte ses soupçons sur un dentiste de la rue des Acacias, François Mélan, ami de Nicole, lorsque, le lendemain, il apprend du directeur de la P.J. qu'il a été suivi depuis la veille et qu'il lui est octroyé un « congé de maladie ». Dès lors, le commissaire se défendra seul. Il découvrira très vite que le dentiste s'était cru épié en voyant rôder dans sa rue Maigret et ses inspecteurs : en réalité, la police surveillait Palmari, truand « retraité », chef probable d'une bande de voleurs de bijoux. Quel méfait a poussé Mélan à attaquer Maigret ? S'agirait-il des avortements clandestins qu'il pratique depuis longtemps ? En fait, le dentiste a commis plusieurs crimes sexuels. Maigret découvre en lui un être intelligent, mais dominé par la peur, victime d'un traumatisme subi dans son enfance. Ce n'est donc pas le « criminel vraiment méchant, responsable de ses actes, le criminel total » dont le commissaire disait quelques jours auparavant à son ami, le docteur Pardon, qu'il ne l'avait jamais découvert.

Les premières lignes…

"- Dites donc, Maigret... Un bout de phrase dont le commissaire se souviendrait plus tard, mais qui, sur le moment, ne l'avait pas frappé. Tout était familier le décor, les visages, et même les gestes des personnages, si familier qu'on n'y prêtait plus attention. Cela se passait rue Popincourt, à quelques centaines de mètres du boulevard Richard-Lenoir, chez les Pardon, où les Maigret avaient l'habitude, depuis plusieurs années, de dîner une fois par mois. Et, une fois par mois aussi, le docteur et sa femme venaient dîner chez le commissaire. C'était l'occasion, pour les deux femmes, de se livrer à un amical concours de cuisine mijotée.