Tout Maigret

Retour à la liste

Maigret et son mort

roman avec Maigret

Présentation

Un matin de février, un inconnu téléphone à Maigret : suivi depuis la veille par des hommes qui se relaient, il est convaincu qu'on en veut à sa vie et demande à être protégé. Les appels se renouvellent sans que jamais l'inspecteur Janvier, dépêché par Maigret, parvienne à rejoindre dans la journée le petit bonhomme au chapeau gris. Les appels ont cessé quand, au milieu de la nuit, le corps d'un homme déposé place de la Concorde est découvert tué d'un coup de couteau, le visage défiguré. Maigret se rend sur les lieux et ne quitte plus le mort – son mort – qu'il accompagnera jusqu'à l'Institut médico-légal. Certains détails font penser à Maigret que ce mort anonyme travaillait « dans la limonade ». On apprend, d'autre part, qu'il a été transporté à la Concorde dans une Citroën jaune, laquelle a été aperçue, d'après un recoupement de témoin, en stationnement près du « Petit Albert », un bistrot à l'angle du quai de Charenton. Quand Maigret s'y rend, il trouve les portes ouvertes et la maison vide. Il décide alors de s'y installer, ou plutôt d'y installer un de ses inspecteurs, Chevrier, et sa femme Irma, qui feront office de tenanciers. Parmi les clients, un étranger à mine suspecte ne tarde pas à se présenter. Le commissaire le fait suivre et provoque ainsi une chasse à l'homme qui prend fin lorsque l'individu est tué d'une balle au moment où il rejoint des comparses qu'on saura peu après être ses complices : ceux-ci, le voyant poursuivi par la police, ont préféré l'abattre. Grâce à l'identité de cet homme – un Tchèque du nom de Poliensky –, une rafle boucle tout son quartier. Elle fait découvrir, dans l'hôtel miteux où logent des compatriotes de Poliensky, une jeune femme qui est sur le point d'accoucher et que Maigret fait transporter à l'hôpital : on remontera ainsi la filière conduisant aux « tueurs de Picardie », une bande de Tchèques qui s'attaquent à des fermes dont ils massacrent les habitants après les avoir dépouillés. Or, leur chef jouait aux courses. C'est aussi le cas du petit Albert Rochain – la victime –, ainsi que le révélera une enquête aux détours imprévus qui amènera la mise hors d'état de nuire du gang et l'explication du meurtre de Rochain : un ticket de chemin de fer à destination de Goderville tombé de la poche de Jean Bronsky (c'est le chef de la bande) sur le champ de courses de Vincennes et ramassé par le petit Albert sous les yeux du Tchèque – Goderville qui évoque l'une des récentes et plus sinistres hécatombes des tueurs... Ne fallait-il pas supprimer le gêneur dont le visage venait de trahir l'émotion ?

Les premières lignes…

"- Pardon, madame... Après des minutes de patients efforts, Maigret parvenait enfin à interrompre sa visiteuse... - Vous me dites à présent que votre fille vous empoisonne lentement... - C'est la vérité... - Tout à l'heure, vous m'avez affirmé avec non moins de force que c'était votre beau-fils qui s'arrangeait pour croiser la femme de chambre dans les couloirs et pour verser du poison soit dans votre café, soit dans une de vos nombreuses tisanes... - C'est la vérité...