Tout Maigret

Retour à la liste

Maigret et la vieille dame

roman avec Maigret

Présentation

A Etretat, un dimanche soir, les enfants de Valentine Besson sont réunis autour de leur mère pour fêter son anniversaire. Au cours de la nuit, Rose Trochu, la servante, meurt empoisonnée après avoir bu un verre d'eau censé contenir des somnifères et destiné à Valentine. C'est du moins ce qu'affirme la vieille dame à Maigret lorsque, prétendant avoir échappé à la mort de justesse, elle fait appel à lui pour découvrir l'assassin. La cupidité ne peut pas être le mobile de cette tentative d'assassinat, puisque la fortune de Valentine, autrefois considérable, se réduit aujourd'hui à sa maison et à quelques bijoux sans valeur, répliques de la collection fabuleuse qu'elle possédait jadis, au temps où son mari pharmacien s'enrichissait par la vente d'une crème de beauté qu'il avait inventée. Les soupçons se portent sur les enfants de la vieille dame, et surtout sur Ariette et Théo, qui ont une vie privée assez trouble. Cependant, parmi les objets personnels de Rose, Maigret retrouve une bague qu'elle aurait dérobée à sa maîtresse, et cette bague est sertie d'une émeraude véritable. Maigret va devoir intervenir rapidement, car un second crime vient d'être commis dans la maison : Valentine a tué d'une balle dans la tête un « rôdeur », qui n'est autre que le frère de Rose, Henri Trochu. Maigret a désormais tous les éléments en main pour reconstituer ce qui s'est passé. Les bijoux de Valentine sont bien authentiques, et Rose l'avait compris. Valentine a donc supprimé Rose, témoin gênant, par un habile stratagème qui l'innocente, en se fondant sur le goût de sa servante pour les médicaments. Toutefois, Théo, beau-fils de Valentine et ami de la servante, représentait encore un danger. Pour le faire taire, Valentine l'avait attiré chez elle et avait tiré sur lui dès son arrivée. Mais Théo, méfiant, avait envoyé Henri Trochu en éclaireur : c'est le frère de Rose que Valentine a abattu, causant ainsi sa propre perte.

Les premières lignes…

Il descendit du Paris-Le Havre dans une petite gare maussade, Bréauté-Beuzeville. Il avait dû se lever à cinq heures et, faute de trouver un taxi, prendre le premier métro pour se rendre à la gare Saint-Lazare. Maintenant, il attendait la correspondance. - Le train pour Etretat, s'il vous plaît ?